Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Temple Neuf Metz

Jack McDonald interviewé par le diocèse catholique de Metz

12 Décembre 2009 , Rédigé par Paroisse du Temple Neuf Publié dans #Evénement



Dans un article à paraître au mois de janvier 2010, le magazine "Eglise de Metz" du diocèse catholique, Jean-Luc Paccoud fait connaissance avec Jack McDonald, le nouveau pasteur de la paroisse du Temple Neuf

********************************************************************************************

JackMcDonald.jpgM. Jack McDonald est le nouveau pasteur de la paroisse réformée du Temple Neuf à Metz. Il est prêtre de l’Eglise anglicane, nommé par le conseil de l’union des Eglises luthérienne et réformée d’Alsace-Moselle, en vertu des accords de Reuilly (2001) qui établissent une reconnaissance mutuelle des ministères et prévoient des échanges de ministres afin de développer l’œcuménisme. Le pasteur J. McDonald est parfaitement francophone, ses parents résident dans le Lot et fréquentent la paroisse catholique, la seule de leur village. Son frère est ambassadeur britannique en Allemagne.

  

JLP : M. le Pasteur, pouvez-vous nous parler de vos origines et de votre formation ?

JMD : J’ai 43 ans, je suis né dans le Lancastre, d’une famille d’origine écossaise. J’ai fait mes études au lycée catholique de Manchester, puis je suis entré à l’université de Cambridge où j’ai obtenu une licence de théologie, puis une agrégation d’histoire.


JLP : D’où tenez-vous une telle maîtrise de la langue française ?

JMD : J’ai préparé un doctorat de philosophie (sur Leibniz) à l’université de Strasbourg. Avant mon ordination, j’ai effectué un stage de 4 mois dans la paroisse luthérienne de Hautepierre, avec le pasteur Philippe François, aujourd’hui en fonction à Dieuze.

 

JLP : Comment vous êtes-vous engagé dans le ministère ecclésial ?

JMD : Après avoir enseigné l’histoire dans un lycée de Londres, je me suis porté candidat et le diocèse de Londres m’a envoyé pour 2 ans au séminaire de Birmingham. Je fus ordonné diacre en 1992 et prêtre en 1993 dans la cathédrale Saint-Paul. Mon premier poste fut à Peckham, un quartier londonien peuplé d’immigrés, où règne des fortes difficultés. J’y résidais 24h sur 24, et ce furent les années les plus fructueuses de tout mon ministère !

 

JLP : Quelle rude expérience pour un docteur en philosophie !

JMD : Puis me revoilà à Cambridge, au collège « Gonville et Caius », enseignant-chercheur, répétiteur auprès d’un petit nombre d’étudiants, en même temps qu’aumônier assurant la pastorale et la liturgie. Sachez que la liturgie de Cambridge est splendide, avec des chorales exceptionnelles !

 

JLP : Pourquoi n’avez-vous pas poursuivi une carrière universitaire ?

JMD : 11 ans plus tard, l’évêque d’Ely me demande de prendre la direction d’un lycée anglican recueillant des élèves en difficulté. En Angleterre, le proviseur enseigne, administre et recrute lui-même son personnel.

 

JLP : Vous multipliez les expériences ! Mais pourquoi cette parenthèse actuelle de 2 ans en France ?

JMD : Pour honorer les accords de Reuilly instaurant l’intercommunion, seulement 2 prêtres anglicans exercent en France sur des paroisses réformées (1 à Paris et 1 à Metz) et une seule femme pasteur exerce en Angleterre sur une paroisse anglicane. Parmi une bonne quarantaine de paroisses anglicanes en France, il y en a 3 à Paris, une à Strasbourg (qui existe grâce aux Dominicains qui prêtent leur église !)… Nous sommes dans le diocèse anglican de Gibraltar, qui va jusqu’à Vladivostok. Alors le clergé anglican est déjà présent en France, mais pas dans le cadre des accords interconfessionnels.

 

JLP : De quoi se compose votre ministère actuellement, à Metz ?

JMD : J’assure le service de la communauté : la liturgie (j’ai troqué l’aube blanche contre la tenue noire en vigueur ici), la cène, les baptêmes, les enterrements, les entretiens pastoraux, les études bibliques, l’accompagnement des jeunes et des moins jeunes… J’ai bénéficié d’un accueil très chaleureux. Je perfectionne mon français et je découvre fraternellement les autres Eglises chrétiennes… Quelle précieuse expérience !

 

JLP : Vous sentez-vous aussi à l’aise avec les Catholiques ?

JMD : J’aimerais travailler aussi pour une paroisse catholique ! – mais c’est impossible car il faudrait quitter l’Eglise anglicane ! L’intercommunion n’est pas officiellement autorisée, quoiqu’elle se pratique officieusement : dans le sud-ouest, où résident des Anglais, il y a quelques paroisses catholiques qui vivent grâce aux fidèles anglicans ! Comme je vous disais qu’à Strasbourg les dominicains nous prêtent leur église.

 

JLP : Les faits et les comportements sont en avance sur le droit !

JMD : Le dialogue importe avant tout. Je vous indique l’adresse de notre site, afin que vous soyez informés de nos activités : http://temple-neuf-metz.over-blog.com

 

 

Propos recueillis par Jean-Louis PACCOUD


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article